mercredi 13 septembre 2017

LES MANIFS DE RETOUR. LES NEO STALINIENS AUSSI

Et pourquoi s’en priver ? Du moment qu’on peut saisir l’occasion de ne pas travailler (pour certains la formulation précise est : ne pas rester sur un poste de travail  sans se fatiguer) c’est l’occasion  rêvée ! Qu’en plus on saccage des commerces et des biens publics, c’est la cerise sur le gâteau, une occasion supplémentaire de rigoler un bon coup. D’autant plus que parmi ces  manifestants professionnels,  certains ont du métier ; autour des fêtes (Noël, 14 juillet etc) ils s’entrainent pour les futurs manifs en mettant le feu aux bagnoles des riverains. Ce sont des INSOUMIS, les légions de notre brave Mélenchon, la base électorale et d’action de ce leader maximo.
Que ces manifestants em…ent tout le monde et particulièrement les petits gens qui eux, veulent travailler pour gagner leur existence, qu’ils empêchent d’autres, des chômeurs, d’aller chercher du boulot, ou simplement des malades qui veulent être signés etc. c’est vraiment le dernier soucis des manifestants professionnels et leurs manipulateur. Du moment qu’EUX, ces amateurs de ce cirque malfaisant ne sont pas touché nullement, pourquoi penser aux autres. Car EUX sont majoritairement assurés d’un emploi à vie (la fonction publique et/ou responsables  syndicaux inamovibles) ) sinont ils  font parti des groupuscules ne travaillant pas mais vivant bien de trafics de toute sorte, de prostitution, d’agressions et autres joyeusetés  du même genre. Voilà la faune qui empeste la vie de millions de citoyens.
Le  comble c’est que la quasi-totalité des actuels manifestants se réclament comme adversaires   d’une loi, la réforme du code du travail. Mais cette loi  ne les concerne nullement !!! Car ces gens là, des fonctionnaires, des agents de la SNCF, RATP etc. ne sont pas du tout affectés mais le moindre du monde par cette loi. Si un étranger apprendrait ceci, il perdrait le Nord. Mais nous, les c…de contribuables qui payons leurs salaires et leurs privilèges, nous comprenons bien. Ils aiment f…le bordel, tout simplement. Manipulés par les nouveaux staliniens : le caïd de la CGT (un important  casseur de l’emploi en France) du nom Philippe Martinez et le sinistre Mélenchon (que j’appelle Pol Pot d’opérette) qui nous promet le paradis de Cuba et Venezuela s’il prend le pouvoir. L’alliance bolivarienne, avec les résultats connus dans les pays respectifs.
Mais le problème c’est que deux nouveau Staline ne peuvent pas marcher ensemble, il y a risque de carnage. Pour cette raison ils ont sortis leurs gros bras séparément.  Le résultat, les français,  pas aussi imbéciles que ces deux MM le pensent, ils boudent leurs  foires. Et leurs  manifs font pschitt !


Regardez-le bien ! Je ne sais pas vous ; mais moi, si je croise un de ces deux mecs la nuit tombé sur une rue déserte je file illico presto sur l’autre trottoir et je prends mes jambes au cou…

lundi 21 août 2017

L’attentat de Barcelone ? La banalité

Oui, apparemment cet attentat comme les autres qui se succèdent avec un rythme affolant, sont devenus une banalité pour la majorité des   responsables politiques, les médias et les dirigeants européens. Avec un rituel inamovible, les mêmes scènes se déroulent : des interviews journalistiques, (souvent d’un niveau d’intellect  lamentable), des condamnations unanimes  stéréotypés, des déclarations et des cérémonies. En plus, des gerbes de fleurs, des bougies et des slogans genre « nous n’avons pas peur ».
Et comme actions concrètes, en dehors de celles  efficaces des services de renseignements et de sécurité, que voit-on ? La transformation de nos villes, de nos salles de spectacle et autres centres publics  en bunkers entourés de massifs en béton ou des murs. C’est tout !
 Avec cet arsenal ridicule et notoirement insuffisant, les dizaines de milliers de futurs acteurs  de ce cancer qui est le nazi-islamisme, sont très loin d’être impressionnés ! Et les attentats continueront partout, sans exception et sans répit.
Oui, j’affirme que nos responsables décisionnaires sont paralysés, impuissants et fatalistes ;pire encore, ils sont irresponsables, car incapables de prendre les décisions courageuses et efficaces pour l’élimination des causes et non attendre des nouveaux attentats.
Car toutes les analyses de « haut niveau » associés à de mesures sensées à tarir la haine des djihadistes islamiques se sont soldés par  des échecs patents.
On nous a seriné que ce n’est pas l’islam doctrinal qui est en cause ! On voit à Barcelone comme ailleurs que des imams sont directement et activement impliqués.
On a essayé de nous expliquer que le conflit israélo-palestinien serait la source de ce terrorisme : rengaine balayée par le simple exemple de Barcelone : le gouvernement catalan est, parmi les gouvernements européens,  le plus anti-israélien et pro palestinien, jusqu’à la caricature. Et les djihadistes ont eu la reconnaissance attendue ?
Plusieurs pays comme la Grande Bretagne ou les Pays Bas ont pratiqué à l’excès le multiculturalisme, jusqu’à accepter des tribunaux islamiques et l’application de la charia dans les zones à majorité musulmane. Avec quel résultat ?
Des « accommodements raisonnables » sont appliqués partout dans certaines villes, zones ou quartiers ; et ceci n’arrête pas les actions  violentes.
La plupart des responsables européens nient encore aujourd’hui l’apport de l’immigration massive et incontrôlée à la recrudescence du terrorisme.  Affirmation rejetée par la réalité des faits (parmi les derniers attentats, plusieurs sont du fait des nouveaux immigrés, voir celui de Turku en Finlande)
La seule politique efficace est celle de la tolérance zéro : sur le territoire de chaque pays, un respect absolu des lois, des normes et de la manière de vivre du pays d’accueil. Dans tous les espaces publics ou semi-publics, aucune dérogation, aucune manifestation contraire  ne doit être tolérée. Avec un arsenal de mesures progressives et échelonnées, en fonction de la gravité du délit et de la présence de récidive.  Avec en fin de compte, si les individus concernés continuent à défier les lois, la déchéance de nationalité avec  l’expulsion immédiate pour les bi-nationaux et l’application de mesures adéquates de mise hors société et hors d’état de nuire pour les autres. Tout ceci (et « en même temps », pour faire plaisir au Président Macron) avec la ré-migration de tous les clandestins et les refusés du régime de réfugié politique.

Mais qui aura le courage d’appliquer ces mesures ? Hormis peut être les responsables politiques des  pays du groupe de Visegrad (Pologne, Hongrie, République Chèque et la Slovaquie) qui ont une démarche positive et plus déterminé à ce sujet. Il faut reconnaître que ces pays n’ont pas eu la « chance » d’avoir connu les dizaines d’années de laxisme politique qui caractérise les pays occidentaux.

dimanche 9 juillet 2017

Alain Escada, le Torquemada au petit pied

Alain Escada, combien de gens ont entendu le nom de ce « grand » inconnu ? C’est un bouquiniste belge qui se prend pour Le Grand Inquisiteur. IL a pataugé partout, dans des mouvances extrémistes et même néo-nazis belges, étant régulièrement exclus ou démissionnaire. Après une période de proximité avec les traditionalistes catholiques (Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X)  il s’est « éloigné », mais  plutôt évincé d’après la déclaration  de son Supérieur Général Mgr Fellay, ceux-ci le trouvant un peu trop extrémiste. Pour dire…
Son rapprochement avec le nazillon Soral, les dérangeaient et on peut le comprendre.
Pour avoir une idée plus détaillée et plus précise sur les « navigations »politico-religieuses de cet olibrius, je vous indique sa page du dictionnaire Wikipedia :


Avec sa secte lilliputienne CIVITAS le voilà de nouveau en activiste politique, se donnant des airs de Torquemada, le créateur de l’Inquisition. En réalité, il est plus proche de Don Quichotte que de Torquemada.

 Vous voyez ce grand dadais, avec sa bouille de poupon gonflé,  arrivant à anéantir les hérétiques du monde européen ?
Je ne crois pas me tromper en le décrivant comme la pale copie d’un salafiste dans le monde catho, sans évidemment la dangerosité de  l’original.
Mais tout ceci ne l’empêche de faire des tonnes contre tout ce qui bouge dans un sens contraire à ses convictions, soit 99.6 % de la population (chiffre basé sur la moyenne des résultats obtenus par Civitas aux élections législatives de 2017).
Dernièrement  il a trouvé sa nouvelle cible. Dans un communiqué récent concernant les prises de position suite au décès de Mme Simone Veil, après les philippiques de rigueur, il demande l’élévation des bûchers pour brûler les hérétiques-traîtres : l’hiérarchie catholique française et toute la direction du Front National Marine le Pen en tête, Christine Boutin (fondatrice du Parti Démocrate Chrétien) et sans oublier l’hebdomadaire Valeurs Actuelles.


Il a justement oublié de préciser l’endroit où aura lieu le supplice du feu !

Et suite à ce pamphlet, j’attends avec crainte que les flammes de l’Enfer escadien  viennent me consumer.

vendredi 30 juin 2017

BAYROU, LE CLOWN MALÉFIQUE ET RIDICULE

Dans un article plus ancien je présentais François Bayrou comme un  Savonarole moderne. Je maintiens, il est très semblable à ce moine fou qui a terrorisé Florence pendant des années avec ses prêches enflammées, incitants les florentins de créer des bûchers  géants destinées à brûler hommes et œuvres qui lui paraissait « démoniaques ».

http://zissus.blogspot.fr/2016/12/francois-bayrou-melange-de-savonarole.html

Je suis de plus en plus persuadé qu’il a beaucoup d'accointances avec ce personnage et j’ai la conviction qu’il aura le même sort  que son modèle : condamné à disparaître, politiquement parlant. Mais, il faut reconnaître que Bayrou est un personnage plus complexe, cumulant  plusieurs facettes qui rappellent des personnages aussi  célèbres. Le voilà maintenant dans la peau d’un Tartuffe plus vrai que nature.

Après avoir claironné haut et fort  sa foi inébranlable dans la moralisation de la vie politique, le Matamore se transforma dans un clown gaffeur, lourdaud et ridicule. Les relents nauséeux  de ses magouilles lui sont revenus comme un boomerang sur sa caboche, l’obligeant à « donner sa démission » de son prestigieux Ministère de la Justice.  Le contre-pitre ramené à sa juste valeur.
Et pour Emmanuel Macron, ce fut continuellement un vrai boulet, surtout après avoir menacé un responsable de France Inter dont un journaliste enquêtait sur les emplois fictif du matamore. !
Car sa longue carrière politique, trop longue pour beaucoup, fut parsemée par des catastrophes auto induites plus grosses que son imposante carrure.
Que Monsieur Bayrou a cassé tout pendant sa carrière est une lapalissade ; il a réussi de faire disparaître ce grand parti –l’UDF- dont la très grande majorité des responsables sont partis par wagons entiers, électeurs compris. J’apprends aujourd’hui qu’il a expulsé même cette grande personnalité qui fut Madame Simone Weil. D'ailleurs elle ne s'est pas gênée, avec sa verve habituelle, de définir ce personnage tel qu'il est !

file:///C:/Users/sorel/Documents/DOC/simone-veil-francois-bayrou-est-le-pire-de-tous.html

Obligé de changer le nom de sa formation (devenue MODEM),  l’hémorragie continua. Même un fidèle parmi les fidèles, Jean Lassale, ce sympathique député béarnais, le quitta aussi. Il ne lui reste que sa vieille groupie De Sarnez, bras droit de son gourou qui se prends (je cite des sources sures) pour un composite entre de Gaulle et Jeanne d’Arc. Les autres cadres actuels, des inconnus au bataillon, cueillis à la sauvette dans la  négociation avec Emmanuel Macron pour obtenir des sièges à l’Assemblée.
Ce triste sire, n’est pas pour autant apprécié par le peuple de France ; dans un récent sondage, il accueille uniquement 20 % d’opinions favorables. Si la pente continue, il risque d’arriver même en dessous du pénible chiffre de 13 % que les français accordaient à François Hollande vers la fin du quinquennat.

http://actu.orange.fr/politique/la-popularite-de-macron-et-philippe-recule-bayrou-et-ferrand-en-nette-baisse-bva-pour-orange-et-la-tribune-magic-CNT000000K0oZS.html

Enfin, son chemin est déjà politiquement prédestiné : l’ENFER


lundi 5 juin 2017

TERRORISME ISLAMIQUE EN ANGLETERRE : LECONS A TIRER

Avec les récentes attaques terroristes en Angleterre (effectués par des islamistes déclarés et assumés, « détail » que les journalistes et les politiques oublient méthodiquement de préciser…) une chose est devenue claire : le communautarisme et le multiculturalisme de type anglo-saxon a échoué. Échec total et définitif ! Ce système permissif, celui d’accepter sinon d’encourager la mise en place des zones entières où certaines populations d’origine étrangère appliquent des lois et des normes de vie contraires à ceux du pays d’accueil, ce système à démontré son caractère nocif et destructif pour le pays et sa civilisation. Ce n’est pas nécessaire d’entrer dans les détails de cette politique utilisée en Grande Bretagne (mais aussi ailleurs) et qui s’est retournée contre leurs concepteurs avec la suite connue : de trop nombreuses victimes, des familles brisées, des spectacles d’horreur, résultats de cette politique absurde et meurtrière.
En France, la loi et le système d’organisation jacobine du pays, mais principalement la Constitution, ne permettent pas officiellement la mise en place de ce système. Officiellement oui, mais la réalité est différente ; depuis 15 ans et la publication courageuse d’un groupe d’enseignants du livre « Les territoires  perdus de la République » personne, absolument personne ne peut ignorer que subrepticement mais continuellement, progressivement, des zones de non-droit se sont mis en place, dirigés par des caïds des trafics et/ou des imams autoproclamés (les deux « activités » se rejoignent généralement)  qui obligent les populations à se soumettre à leurs pratiques et règlements contraires aux lois de la République. Ces zones ont proliféré et continuent à proliférer, avec la complicité des « responsables » locaux (totalement irresponsables), préoccupés uniquement par le clientélisme électoral au mépris de l’intérêt général. En même temps, les autorités de l’Etat appliquent le principe de l’autruche, ou des trois singes : rien vu, rien entendu, on n'en parle pas !


Nous sommes arrivé à un point tel que des partis politiques ouvertement religieux se pavanent en pleine lumière sur la scène nationale, avec des programmes clairement communautaristes, sans que ceci ne gène personne. Un seul exemple, le parti "Français et musulmans" qui arborent des slogans antirépublicains : abolition de la loi sur le voile intégral (la burqa) ainsi que de celle de l’interdiction du port des signes religieux à l’école, inscription du délit de l’islamophobie dans le code pénal, etc.
Pire encore, une deuxième année consécutive, des associations diverses, mais toutes ouvertement racistes (genre « Les indigènes de la Républiques ») organisent des manifestations accessibles à des publics divers, mais interdites aux femmes et encore moins aux hommes blancs ! Et ceci même dans des lieux ou espaces publics. Incroyable…
Enfin, on apprend ce jour, qu’un ensemble de pays arabes (Egypte, les pays du Golfe et Arabie Saoudite) ont décidé de rompre les relations diplomatiques et fermer leur frontières au Qatar, accusé (à juste titre) d’aide au terrorisme sous la forme du Daesh et Frères Musulmans. Pendant que les autorités françaises ouvrent largement les bras à la filiale des  Frères Musulmans appelée « Musulmans en France » (ex UOIF) et à son prédicateur vedette Tarik Ramadan.

La France plus islamisto-compatible que l’Arabie Saoudite, es-ce possible ?   Oui, la preuve.


mardi 30 mai 2017

L’ETAT ISLAMIQUE A GAGNE LA GUERRE !

Titre provocateur, racoleur, mais il n’est ni l’un ni l’autre, c’est une réalité qui ne parait pas évidente à toute le monde. Mais c’est une réalité incontestable !
Les nouvelles provenant d’Irak et de Syrie sont encourageantes, le « califat » est en train de perdre les derniers territoires autour de Mossoul et de Rakka. Mais c’est une victoire mineure, localisée,  face au déluge qui constitue la guerre déclarée, une guerre en marche forcée d’un islam radical sous toutes ses formes : idéologique, politique, militaire, psychologique et terroriste. Et, utilisant le terme E. I., j’ai voulu définir ce totalitarisme islamique qui a gagné la guerre. Victorieux, face à des démocraties impuissantes, démoralisées, dont les responsables, sans aucune vision de l’avenir, se préoccupent de gérer plus ou moins bien le quotidien, tandis que les populations majoritairement anesthésiées s’adonnent au consumérisme débridé, à la fuite dans les loisirs et le rêve d’opulence matérielle.
Partout dans le monde, le spectre du totalitarisme islamique menace. Des territoires entiers en Asie et en Afrique tombent sous la coupe des guerriers et prêcheurs (armés ou non) de ce nouveau fléau du XXIe siècle. 
Dans notre Europe, l’offensive de cet islam guerrier se développe d’une manière exponentielle. En moins de 20 ans des zones de non droit, où la pratique de la charia s’impose, ces « Territoires perdues de la République » s’installent et  se propagent.
L’islamisme gagnant opère sous diverses formes :

-        1 Politique et idéologique , sous la coupe de la Confrérie des Frères Musulmans qui propagent l’idéologie de la conquête mondiale des pays sous la loi islamique (Dar al Islam) contre les pays « mécréants » qui doivent être vaincu par la guerre (Dar al Harb  ou Dar al Kufr) ou se soumettre comme vassaux payant une dîme et fournissant des mercenaires aux barbus (Dar al Ahd).
-         
Cette Confrérie comme ses filiales, est déclarées organisation terroriste et interdites dans plusieurs pays musulmans (Egypte, les pays du golfe et autres) et non-musulmans. Contrairement à la France, où la branche « locale », l’ancien UOIF, rebaptisé en 2017 en « Musulmans de France » est très active. Elle contrôle la majorité des mosquées de France et applique la stratégie de maillage par l’intermédiaire d’associations  culturelles, écoles, organisations caritatives et médicales.


A ce mouvement politique de conquête universelle, il faut rajouter le salafisme, mouvement religieux prônant le retour aux pratiques sociales, comportementales, réglementaires et morales du temps du prophète Mohamed. Pratique appelée la charia, basée sur les sources saintes, le coran et les hadiths (recueil des paroles et des actes du prophète). Ces pratiques doivent être la loi obligatoire et exclusive pour tout musulman sunnite, où qu’il se trouve. La charia est censée avoir la suprématie par rapport aux lois et mœurs du pays respectif.


Le salafisme peut se présenter sous diverse formes et pratiques : quelques fois d’un aspect purement piétiste, mais souvent débordant par des discours de rejet de la société non islamisante et aux incitations à la guerre religieuse, le djihad. Le nombre de mosquées salafistes considérées dangereuses pour la République est de 169 mais le nombre de celles qui sont fermées est de seulement 20.
Dans les pays anglo-saxons où la séparation des cultes et de l’Etat n’est pas défini , la multiplication du salafisme fut fulgurant, amenant à des excès  de manifestations virulentes contre le modèle démocratique occidental. Sachant que la charia est par définition en opposition frontale avec la démocratie et la liberté de conscience.

-        2 Militaire et terroriste

C’est une mise en pratique, une excroissance de la précédente. Depuis le début de ce siècle, le nombre d’attaques militaires et terroristes dans le monde ont pris une ampleur considérable. Si dans la période  1980-1999 (20 ans)  on a compté 15 attaques, dans la période 2000-2017 le nombre est passé à 277 actes en uniquement 17 ans. ; la liste est effarante :


Ces attaques barbares, si nombreuses, sont devenues d’une telle banalité que le grand public se manifeste uniquement dans la sphère géographique proche. Qui s’est  ému de l’attaque du le 26 mai 2017 des chrétiens coptes dans un autobus égyptien,  de celui du 23 mai 2017 faisant 5 morts à Bosaso/Mali, ou le  23 mai 2017, de l’attentat à la voiture piégée à Homs en Syrie, enfin celui du 3 mai 2017, contre un convoi de l'OTAN à Kaboul ? (uniquement des exemples du mois actuel!)
Et quand les actes barbares, inconcevables humainement parlant (la tuerie récente de Manchester dont les victimes furent des enfants et adolescents)  quelle furent les réactions ? Comme d’habitude, des condamnations « solennelles » et unanimes des responsables politiques et religieux, des fleurs et bougies, des marches de soutiens. Enfin, une déclaration commune dans la réunion du G7 à Taormina qui aura la même efficacité qu’un cataplasme sur une jambe de bois.

Une analyse sommaire

Que nous sommes en pleine troisième guerre mondiale c’est une évidence qui s’impose à tous. Pour montrer la raison de mon pessimisme sur l’aboutissement de cette guerre, regardons l’évolution de la situation des populations dans les pays arabo-musulmans du proche orient.
Pour les chrétiens, leur extinction est en cours :


 Suivant les estimations concernant le début du XXe siècle, les chrétiens représentaient alors entre 12 et 15% de la population dans les pays arabes du Proche-Orient. Au début du XXIe siècle, ils ne représenteraient plus que 4 à 5% de la population d'environ 300 millions d’Arabes.  (Chiffres en 2010, mais avec la guerre contre E.I. en Syrie et Irak, la situation est bien pire)
Concernant les juifs, l’évolution est notable : dans la même région, leur nombre qui était d’environs 1,5 millions en 1945, est réduite à moins de 10000 de nos jours.
Par contre, l’évolution du nombre de musulmans en Europe est concluante : on apprécie leur nombre dans l’Union Européenne actuelle à environs 15 millions de personnes, tandis qu’à la fin de la dernière guerre on comptait 1,8 millions de personnes sur le même territoire. La même évolution pour le nombre de convertis : en France, il y a 3500 conversions par an à l’islam.  
Un autre chiffre significatif : en France, on comptait 20000 personnes fichées « S »en 2015, (http://premium.lefigaro.fr/flash-actu/2015/11/24/97001-20151124FILWWW00383-valls-20000-fiches-s.php) par rapport à 5000 en 2012 et uniquement 1450 en 2008 ! Sans commentaires.

Conclusion

La disproportion entre les forces  qui nous combattent et les molles et insuffisantes réactions de nos propres forces de défenses est criarde.
Le comportement de toutes nos élites et de la majorité des citoyens est comparable aux mêmes dans  l’empire romain du fin du 4e siècle après JC. L’empire s’est remis dans les mains de barbares qui ont fini par la mise à sac de Rome et provoqué sa chute finale pratiquement sans opposition.
CQFD   





lundi 8 mai 2017

L’APRES 7 MAI 2017 : QUELLE POLITIQUE ?

Dire que les élections présidentielles de 2017, d’une totale imprévisibilité, ont conduit à un énorme tsunami politique c’est une lapalissade.
Hier, 7 mai, le visage (attendu) du nouveau Président de la République Française apparaissait sur tous les écrans de France et même du monde.
J’essaye modestement d’examiner les premières leçons à tirer.
Je commence avec la perdante ; bien que la defaite soit prévisible, son amplitude  dépasse largement les chiffres espéré par Marine le Pen ; dans un interview donné par Marion Maréchal le Pen 2-3 jours avant le scrutin, la nièce-sœur ennemie- tablait sur un chiffre de 40 % comme un minimum acceptable.  Le redoutable animal politique qui est Marine le Pen, à toujours un coup d’avance : à l’arrivée des chiffres elle annonce immédiatement une rénovation, une reconstruction du F. N. Sur quelle bases, « that is the question ». Je pense que le changement de nom parait inévitable. Aura-t-elle le courage de sacrifier son bras droit – Florian Philippot – dont la ligne sociopolitique et économique est considérée comme le principal obstacle, le célèbre plafond de verre qui empêche la victoire massive du parti ? On ne peut pas savoir à ce jour, mais on l’apprendra sous peu. En tout cas, les forces opposées à Philippot demanderont  au moins une forte diminution du poids politique de ce dernier. Une deuxième tendance que Mme le Pen proposera (d’après moi) c’est de pousser vers des alliances avec tous les mouvements ou tendances appelés « la droite hors des murs » L’alliance avec Dupond Aignant étant une première prise de poids, elle espère gagner une partie des ténors du LR, dans l’hypothèse de l’éclatement de ce dernier.
Justement, c’est dans ce parti que se joue le plus important et actuellement imprévisible scénario. L. R. est une vrai auberge espagnole, avec des tendances centrifuges partant d’une droite ferme jusqu’au centre-droit mou. Tiendrons-t-ils ensemble après ce coup dur qui fut l’élimination de M. Fillon au 2-e tour ? Des craquements se font déjà sentir, Bruno le Maire fait cavalier seul, proposant « ses services » au nouveau Président (un poste de Premier Ministre ??) M. Raffarin, centristo-compatible, a l’air sous un discours alambiqué d’offrir aussi sa participation au gouvernement Macron. La prestation de M. Baroin, chef de file du parti pour les législatives a été décevante, je m’attendais à plus de pugnacité, de clarté et de détermination dans l’affirmation des valeurs de la droite. Seule affirmation claire fut la  perte automatique de toute investiture pour un cadre ou élu L. R. qui manifesterait le désir de joindre un autre mouvement politique (en occurrence Macron ou F N). Le ferons-t-ils pour le Maire ?
Rien de spécial pour l’ex P S, ce parti n‘existe plus, c’est une évidence. Il subsistera peut-être comme un groupuscule insignifiant, on peut se demander.
Les « insoumis » du castristo-stalinien Melenchon, répéterons le scénario de 2012 ; grand score au présidentielle du au bagout  de son « leader maximo » et résultats sous-médiocres aux législatives ; ceci se confirme déjà par le clash prévisible entre les melechonistes et les communistes.
Et maintenant, le grand vainqueur incontestable, Emmanuel Macron. Son score inhabituellement élevé ne doit pas faire illusion ; comme en 2002, une partie importante des électeurs de gauche, de droite et même d’extrême gauche ont voté non pas par adhésion, mais par volonté d’élimination de Mme le Pen. Mais le plus dur, c’est devant lui . Pacifier la France, son objectif déclaratif ! Quoi de plus faux, a peine élu, des groupuscules défilent dans les rues en le conspuant, des personnalités politiques d’opposition lui déclarent déjà la guerre. Et la majorité législative, la condition indispensable pour conduire sa politique (au moins, connait-il lui-même cette politique ?) est pratiquement impossible. Alors, il sera obligé de s’orienter vers des coalitions plus ou moins bancales, une odeur de la 4-e République. A ce train là, la marche vers une victoire indiscutable en 2022 d’un nouveau F N avec ou sans MLP est assurée.
Sur les débats d’hier soir ; en attendant le début d’un film pour me distraire, j’ai regardé sur France 2 les débuts. Quelle bande de branquignoles alignés sur le plateau !
Un Dupont Aignant, mauvais perdant (c’est vrai qu’il est complètement out, avec un mini parti éclaté, sans poste et sans aucun espoir d’avenir politique majeur) il était d’une agressivité répugnante.
Pour les soutiens de M. Macron : des vieilles peux politiques, usées jusqu'à la corde par des dizaines  d’années dans le paysage politiques avec des résultats minables. Je passe sur Galouzeau de Villepin, connu uniquement par des mauvais conseils (dont le surnom de Neron « offert » gracieusement par Mme Chirac) et un grand discours. C’est tout, pour le reste, il a tout foiré d’où la sage et inévitable décision de mettre les voiles.
Mais le duo Bayrou-Ségolène Royal, tous les deux englués dans le choix du plus minable Président de  la V-e République – François Hollande- celui qui a ridiculisé la fonction présidentielle et la France devant le monde entier. Ces deux-là, sont capables seulement de tourner leur veste et de courir derrière la victoire seulement pour avoir un bon job sous la dent. Il y a un Français, UN SEUL FRANÇAIS capable des les croire, de croire à leur sincérité ? En les écoutants j’ai eu envie de vomir et j’ai quitté précipitamment l’émission.
Avec des énergumènes pareils, Macron a des soucis à se faire. Ce ne sont pas des boulets, ce sont des tonnes de boulets qu’il sera obligé de trainer. Un travail supérieur à celui de Sisyphe…
Alors, bonne chance Emmanuel ! Il vous reste de croire en votre prénom (le messager) et souhaiter  l’arrivée d’un nouveau Messie  pour vous aider. Sinon, bonjour les dégâts.


P. S. Aussi détestable, même exécrable qu’il soit, au moins Bayrou est intelligent ; quant à la bécasse de Poitou…sans commentaire.