samedi 2 mai 2020

L’HUMANITE EN MARCHE FORCÉE VERS L'ABÎME


Nous vivons une situation particulière, inédite, inattendue…C’est qu’on nous serine sur tous les tons, sur tous les médias et par tout le monde. Rien n’est plus faux ! A l’échelle de l’histoire humaine, des épidémies similaires ont toujours sévis mais sans avoir l’écho mondial de la pandémie présente.
Actuellement, tous les peuples, tous les gens et tous les responsables sont obnubilés par la lutte contre le virus et ses conséquences immédiates : pour les gens, la lutte pour la survie sanitaire, matérielle et sociale, pour les gouvernants la maîtrise de la propagation du virus et la sauvegarde de l’économie et d’un minimum d’équilibre social et sociétal par la création de la monnaie artificielle et une distribution plus ou moins anarchique.
C’est normal, mais c’est une vision à très court terme, c’est la politique de l’autruche ; politique qui domine nos sociétés depuis longtemps.
Quelle sera la suite des événements ? Nous verrons l’extinction de la pandémie d’une manière ou d'une autre. Mais, Il faut être totalement aveugle pour ne pas se rendre compte que toute l’humanité se trouvera devant un champ de ruines : ruine économique avec l’écroulement des pans entiers des structures et des entreprises, ruine sociale avec l’explosion exponentielle du chômage et de la précarité, ruines généralisées.
Et ceci me fait penser que dans l’équilibre plus ou moins précaire de cet univers dans lequel nous vivons, il doit exister une loi de régulation. Une régulation brutale, avec des conséquences plus que tragiques. La réalité est terrible, mais c’est la réalité : accélération démesurée et incontrôlée de la démographie mondiale a eu comme résultat, l’impossibilité de faire vivre ces 8 milliards d’êtres coexistant sur la planète ! C’est dur de l’admettre pour nous, qui avons été nourris avec les concepts humanistes, mais c’est ainsi.
Or, les tensions ethniques, religieuses, nationalistes, idéologiques et simplement la lutte désespérée pour l’existence, conduirons à des conflits internes et internationaux d’une ampleur et avec des moyens démesurés, inconnus dans toute l’histoire. Pour arriver à une diminution d’au moins moitié de la population mondiale, vivant dans un environnement désertique, inhospitalier où seulement les plus dotés physiquement et intellectuellement pourrons survivre.
Ceci me rappelle un commentaire que j'ai lu il y quelque temps : si nous verrons une troisième guerre mondiale, la quatrième se fera avec des bâtons de bois !
Perspective terrifiante, apparemment ubuesques et inimaginable à la première vue, mais pas du tout irréaliste.

samedi 18 avril 2020

Le technocrate Jean-François Delffraissy désavoué


Ouf, le danger s’est apparemment éloigné. Il y a quelques jours, le professeur J-F Delffraissy, président du comité scientifique pour le Covid 19, s’épanchait devant la commission du Sénat d’un rapport décrétant urbi et orbi que tous les vieux (de plus de 65-70 ans) doivent être maintenus dans le confinement après le 11 mai, pour un période indéfinie.
Je ne connais pas les compétences de ce bureaucrate totalement déconnecté des réalités humaines et mêmes médicales mais son rapport arbitraire était d’un non-sens total.
Nonobstant les effets nocifs d’un confinement prolongé sur la santé physique et morale des personnes vivantes (il parait que l’isolement pourrait diminuer sensiblement l’espérance de vie, que l’absence du soleil donc de vitamine D induit des graves problèmes cardio-vasculaire et réduit l’immunité, etc) mais de priver d’activités des personnes valides, ayant souvent des responsabilités diverses et même  professionnelles, aurait été une mesure digne de l’ancienne URSS brejnévienne.  
Du coté économique, des conséquences tragiques aussi, car l’apport des personnes âgées à la consommation interne, donc à la revigoration d’une économie exsangue n’est pas à démontrer.
Enfin, la mesure est non constitutionnelle, en créant une discrimination nette en raison d’âge.
Une telle mesure, si elle était appliquée aux 18 millions de personnes concernées, aurait anéantit toute chance au Président Macron d’être réélu en 2002 et la mort prématuré du macronisme tout court. C’est, je suppose, principalement cette conséquence, exprimée par l’énorme levée de boucliers dans la population, qui a convaincu le Président Macron de démentir en urgence cette sombre perspective.
Mais il y a une autre conclusion à cette affaire. Comment est-ce possible que des gouvernants responsables, confient une tâche de cette importance à une personne aussi coupée des réalités sociales et humaines, aussi incompétentes dans des problèmes de santé générale en dehors de sa spécialité et manquant singulièrement du discernement ?
Pour Jean-François Delffraissy, un « vieillard » de 71ans » une seule solution : le confinement total et ad vitam aeternam par rapport à toute activité scientifique !



mardi 14 avril 2020

MES EXCUSES A MADAME VON DER LEYEN


Mea Culpa, mea maxima culpa. Je dois des excuses, des plates excuses à Madame la Présidente. Car, dans la droite ligne de la philosophie propre à la Commission Européenne, elle a eu un raisonnement justifié et logique.
En me penchant plus à fond sur la question, je me suis rendu compte que finalement  son calcul est juste.
Si les viocs sont condamnés à l’isolement pour une longue durée, ils ne seront pas en danger d’être contaminé par le Covid 19 et c’est le but, n’est-ce pas ? Ils trépasseront assez vite de tout un tas d’autres maladies et germes ou virus, mais pas de Coronavirus.
Avantages multiples.
D’abord, l’âme en paix, la brave teutonne peut tirer l’orgueil du fait de nous avoir protégé contre la pandémie. Mais plus que ça, tout le monde gagne, l’économie est substantielle : moins de retraites à payer, moins de soins médicaux, d’où une meilleure gestion de l’assurance maladie. Sans ignorer un fait de société bien connu : les héritiers, forcément plus jeunes et avec des besoins de consommation accrus, sont impatients de tirer profit des biens acquis par leurs aînés. Dans la lignée, ayant plus de ressources pour dépenser, la conséquence sera un coup de fouet pour l’économie des Etats, boosté par la consommation interne. CQFD !
Signé : un vieux inutile
PS Quand même, pour le peut de temps qu’il leur reste à vivre, les viocs auront quelques dérogations de sorties pour aller à la pharmacie ou acheter la soupe (faute des dents pour manger la viande) Je vous propose Madame von der…de leurs apposer un signe distinctif visible, genre un morceau de toile cousu quelque part ou un tampon indélébile sur le front. Un souvenir ému du tonton Adolf.

URSULA VON DER LEYEN EST TOMBÉE SUR LA TÈTE


La présidente de la Commission Européenne a trouvé un moyen de se faire remarquer ! 
Devant la nocivité de ce « machin » de sinistre réputation qu’elle dirige, organisme peuplé d’apparatchiks non élus mais auteurs de décrets et propositions l’un plus délirant que l’autre, elle a souhaité de se mettre en valeur, proposant le confinement des personnes âgées jusqu’à la fin de l’année 2020.
Voilà une proposition digne de l’époque brejnévienne, quand le vieux dirigeant soviétique totalement sénile se mouvait comme un automate, pendant que ses sbires concoctaient des mesures délirantes. Si madame von der Leyen est loin de l’image physique de Brejnev, cérébralement elle s’y rapproche.
Entrons dans les détails : sur quels critères pense-t-elle appliquer cette mesure ? A partir de 60, 70 ans ? Condamner des personnes de cet âge, en pleine santé, actifs, ayant des responsabilités de prestige, souvent sportifs, à un sort d’emprisonnement physique c’est une idée que je n’ai pas peur de dénoncer comme criminelle !
Tout le monde sait (sauf peut être madame von der Leyen) que le psychisme a une influence majeure sur la santé physique et mentale des humains. Or, enfermer des dizaines de millions d’européens quand le reste de la population commence avoir une vie normale, se traduiserais par les faire marquer avec un fer rouge comme une population inutile et dangereuse. C’est l’arrivée à une guerre de générations qui pourrait donner l’idée d’une mise à l’index de ces populations. Et, pourquoi pas, avec la conclusion eugéniste que l’humanité vivrais beaucoup mieux sans ces personnes inutiles mais qui coûtent un « pognon de dingue » (pour reprendre l’élégante formule du Président Macron) D’autant plus que les maladies engendrées par cet emprisonnement auront en effet comme conséquence l’explosion des dépenses pour l’assurance maladie.
Voilà encore un exemple des délires sorties des cerveaux des membres d’une Commission Européenne qui elle, je la verrais mieux dans un confinement total et définitif.  

mardi 24 mars 2020

VIVE LE CORONAVIRUS


Par la bienveillance d’ami, j’ai pris connaissance d’une ode, un vrai poème à l’honneur du coronavirus, écrit par, je cite « Moustapha Dahleb, la plus belle plume tchadienne » Plume bien moins connu que son homonyme, le célèbre footballeur de Paris St Germain.


Sous une forme humaniste à la première lecture, assez lyrique et assez réaliste, l’auteur adresse un dithyrambique éloge à ce « petit machin » qui a ruiné tous les excès du modernisme occidental. Car en réalité, l’auteur dresse un vrai réquisitoire à l’occident, auteur de tous les malheurs de l’humanité. En opposition à l’Afrique qui « est devenu un continent sur ».
Avec mes excuses pour une plume aussi grande, mais je relève plusieurs erreurs flagrantes dans son analyse.
D’abord, dans l’élan de son enthousiasme pour les bénéfices apportés par « ce petit machin », il ne pense pas du tout qu’une fois  ce virus vaincu (et il sera vaincu, j’ai la certitude) l’humanité plongera dans les mêmes travers qu’auparavant, augmentés d’une manière exponentielle du fait que l’ensemble de pays (occidentaux ou non) se trouverons devant un champ de ruines : ruines économiques, sociales, humaines. Et la brutalité qui s’en suivra !
Mais aussi, il s’est un peu trop pressé de chanter des louanges à l’Afrique, continent qui est aussi touché par le virus. L’illusion initiale fut le résultat d’un non fonctionnement des statistiques et la déconnexion de la réalité du terrain dans des pays où les administrations fonctionnent d’une manière assez aléatoire.
Enfin, de sous-entendre que l’occident est frappé par où il a péché, il ignore le fait que l’origine du virus est la Chine qui, dernière nouvelle, c’est un pays pas très occidental. Qu’il a violemment touché la Corée du Sud, non très occidental et que maintenant, c’est toute l’Amérique Latine qui est submergé. Un milliard de personnes sous confinement, ceci dépasse largement le monde occidental.
Enfin, de mettre le malheur de l’Afrique sur le dos de l’Occident, pratique très courante et devenu un mantra moderne chanté partout et sur tous les tons, ceci commence à me fatiguer. Que fait l’Afrique depuis les 60 ans d’indépendance ? Elle se noie sous une démographie galopante et non régulé, elle subi une corruption inimaginable et à tous les niveaux, un massacre de la faune et de la flore pour assurer simplement la subsistance d’une grande partie de la population affamée, toutes ces manifestations d’une incurie globale, c’est encore l’Occident ? Il faut finir avec les repentances serinées inlassablement par certains de nos dirigeants, alimentant une haine d’une minorité agissante d’indigénistes et autres communautaristes. BASTA !