jeudi 22 décembre 2016

ATTENTAT DE BERLIN. QUELS ENSEIGNEMENTS ?

La question comprend implicitement la réponse ; c’est le même, absolument le même type d’attentat terroriste qui s’est abattu depuis le début de ce siècle sur l’ensemble du monde mais particulièrement sur les pays du monde libre et démocratique.
J’ai été étonné par le discours de la chancelière Angela Merkel ; je passe sur le délai incroyablement long avant de qualifier l’origine terroriste de l’attentat, mais sa déclaration me laisse perplexe : elle affirme  qu’il est difficile d’imaginer que des migrants, des demandeurs d’asile, puissent perpétrer ce genre d’action.
Or, si la réaction à des actes d’une cruauté et d’une barbarie similaire sont suivi de ce genre de déclarations lénifiantes, se limitant à la dépose de fleurs et des bougies, d’appels à l’unité, à la fraternité et à la tolérance, ceci est d’une nature plus qu’inquiétante.
Depuis quelques mois, je discute en France ou à l’étranger, avec des personnes d’origine musulmane ; la plupart d’entre eux pensent à un possible effondrement de l’Europe, certains avec une  satisfaction non dissimulée, d’autres, épris par la défense de nos valeurs, avec  inquiétude.
Parmi ces derniers, je donne comme exemple Mme Lydia Girous, femme courageuse et connaissant bien la question (elle n’est pas la seule, heureusement)  qui a écrit un article  dans lequel elle nous avertit que nous sommes sur la dernière ligne droite, où l’existence d’une France indépendante, unie sur la base de ses valeurs fondamentales et de ses traditions est encore possible. Pour elle comme pour moi et bien d’autres, dans les circonstances actuelles et avec le panel d' hommes politiques existants dans notre pays, cette chance ne peut être assurée que par M. François Fillon. Un homme déterminé, solide, avec l’expérience nécessaire, avec un programme complet et courageux, un homme entouré des gens de valeur. Son livre "Vaincre le totalitarisme islamique" défini bien le défi qui nous attend ; il a eu le courage et l’honnêteté de mettre les points sur les « i » en désignant l’ennemi principal l’islam radical et/ou politique. Honnête car il reconnait que lui-même comme beaucoup d’autres personnalités politiques et intellectuelles a utilisé  dans le passé des euphémismes parlant des « communautarismes » à la place de désigner seul  l’islamisme comme danger pour la République
video

J’ai la conviction qu’il est un homme à l’hauteur pour prendre aussi toutes les mesures nécessaires afin de lutter efficacement contre l’hydre islamiste qui gangrène les territoires perdus de la République et qui essaie de créer le chaos et la terreur dans le pays. La panique de certains imams liés à la Confrérie des Frères Musulmans (dont la façade française s’appelle UOIF) montre que M. Fillon frappe juste. Voir l’appel désespéré de l’imam Noureddine Aoussat qui appelle à faire barrage à François Fillon nous donne une image édifiante : « J’appelle tous mes frères, tous mes concitoyens [à] aller voter […]. Votez contre Fillon ! ».


Si un sursaut énergique de la part de tous les responsables politiques européens mais aussi de tous les pays démocratiques ne se manifeste pas dans les plus brefs délais, je craigne que le délitement actuel menant à la disparition de notre civilisation ne soit inéluctable. Et les barbares auraient gagné !

Madame Merkel, réveillez-vous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire